À Propos de CIAM

Le CIAM est le Conseil International des Créateurs de Musique. Fondé en 1966 pour protéger les droits des créateurs de musique et faire valoir leurs aspirations culturelles, le CIAM axe ses efforts sur les enjeux clés directement liés aux droits moraux des compositeurs et créateurs de musique. Il défend leurs intérêts professionnels, économiques et juridiques et sert d’espace de discussion dans une optique de coopération et de réseautage. Il facilite l’échange des informations, des idées et des meilleures pratiques, et propose des conseils pratiques pour aider les créateurs de musique à améliorer leur environnement professionnel.

La mission fondamentale du CIAM est d’unifier la voix des créateurs de musique de tous les répertoires et d’offrir une organisation-cadre à tous les compositeurs et créateurs de musique à travers le monde. Dans cette optique, il a trois grands objectifs :

Le CIAM protège et défend les droits des créateurs de musique à travers le monde

Historique

Le CIAM a été fondé en 1966. Il s’agissait alors d’une organisation essentiellement européenne accueillant occasionnellement des créateurs d’autres régions du monde. Avec l’élargissement de l’Union Européenne et la création d’une nouvelle structure continentale de gouvernement, un certain nombre de créateurs de musique, parmi lesquels les membres du CIAM, ont estimé que les créateurs de musique avaient besoin d’une nouvelle organisation. Outre la place privilégiée à réserver aux sociétés de gestion collective, il devenait nécessaire de renforcer les efforts de lobbying pour promouvoir les projets culturels auprès du parlement à Bruxelles. C’est ainsi que l’European Composers and Songwriters Alliance (ECSA) a officiellement vu le jour en 2007.

La stratégie de séville

À l’échelon européen, le succès de l’ECSA a montré, qu’il était possible d’entendre et d’unifier la voix des créateurs de musique sur un vaste ensemble de sujets. Plutôt que de répéter inutilement ses efforts, le Comité Exécutif du CIAM a pris les mesures nécessaires pour élargir sa représentativité et jouir d’un mandat mondial.

En 2010, cette démarche a conduit le CIAM à rédiger sa « stratégie de Séville », dont voici les objectifs principaux :

  • Encourager et soutenir la naissance de nouvelles alliances continentales sur le modèle de l’ECSA (fonctionnement démocratique, couverture de tous les répertoires, représentativité)
  • Relayer la voix unifiée des créateurs de musique auprès du Conseil d’administration de la CISAC, de l’OMPI et des pouvoirs publics locaux
  • Rechercher des financements indépendants afin de réaliser les objectifs ci-dessus

Une stratégie de déploiement international

Lors des réunions de Séville, le CIAM s’est également investi dans la création d’une alliance indépendante en Afrique. Fin 2010, la Pan-African Composers and Songwriters Alliance (PACSA) voyait le jour et, pour fêter l’évènement, le Congrès suivant du CIAM s’est tenu à Nairobi, au Kenya.

Pendant ce congrès, il s’est notamment penché sur la situation difficile des auteurs et compositeurs de musique en Amérique latine et, pour la première fois dans l’histoire du CIAM, un créateur africain et un créateur latino-américain ont été élus au Comité Exécutif du CIAM. Celui-ci s’est immédiatement mis au travail pour créer une nouvelle Alliance en Amérique latine. C’est ainsi que l’ALCAM a vu le jour à Sao Paulo, au Brésil, en août 2012.

Peu après, le CIAM a été ravi d’apprendre que les syndicats d’artistes des Etats-Unis et du Canada ont décidé de suivre le mouvement et de former Music Creators North America (MCNA). Ces quatre alliances pour l’Europe, l’Afrique, l’Amérique latine et l’Amérique du Nord sont aujourd’hui des partenaires essentiels du CIAM.